Forest & ecosystemic services

Cet événement est porposé par L’Institut Rhonalpin des Systémes Complexes

Pour plus d’informations et de mises à jour sur le programme du cycle voir l’annonce sur le site de l’IXXI

8 March - from 11 am to 12.30 pm :

The monetization of ecosystemic services”, Victor Lefèvre “Modeling forests”, Antoine Dolez

Le cycle “Epistemic commitments of complexity theories”

Originellement prévues sur 2 jour en mars 2020 et déprogrammée suite à la crise du COVID, la conférence “Epistemic commitments of complexity theories” s’est réinventée en cycle de seminaire. Celui ci vise à réunir des praticiens du domaine, ainsi que des chercheurs en philosophie, histoire, sociologie, afin d’aborder les aspects axiologiques, idéologiques et politiques de certaines des plus importantes théories de la complexité : sciences des systèmes complexes (“Santa Fe Institute style”), cybernétique et systémique (autopoïèse, néolibéralisme hayekien, écologie d’Odum, etc.) .

Plusieurs travaux en sciences sociales et humaines ont montré que la science et la connaissance ne sont pas seulement un monde d’idées. Les théories scientifiques sont ancrées dans différentes pratiques, techniques, ontologies, institutions, matérialités, normes et idéologies (Hackett et al., 2008). Les récits, théories, modèles et même équations scientifiques sont - malgré leur neutralité souvent supposée - porteurs de points de vue normatifs et politiques qui doivent être expliqués et débattus démocratiquement (Granjou & Arpin, 2015 ; Knorr-Cetina, 1982 ; Jasanoff, 2015 ; Vieille-Blanchard, 2007).

Dans le prolongement de cette approche anthropologique des théories de la complexité, ces ateliers aborderont les fondements normatifs, idéologiques et politiques de la science de la complexité, y compris des questions telles que

  • Quel type d’ontologie du monde social est implicite dans les théories de la complexité ?
  • Quels sont les effets performatifs et normatifs de telles ontologies sur la vision que les spécialistes de la complexité ont de la politique ?
  • Quels sont les engagements des spécialistes de la complexité dans les domaines académique, social, économique et politique ?