Rupture à l'ère de l'Anthropocène : la personnification de la nature

L’entrée dans l’anthropocène, avec les enjeux de raréfaction des ressources naturelles et des dégradations de l’environnement causé par l’activité humaine, voit se développer un intérêt de plus en grand pour l’établissement non seulement d’un droit des sols, de l’eau, des plantes, etc. mais de la personnification de ces éléments pour la défense de leurs intérêts. Avec cette table ronde, nous tenterons de croiser les regards disciplinaires sur ces questions nouvelles et la rupture qu’elles représentent par rapport aux distinctions entre le vivant et le non vivant, les personnes et les choses.

Les interventions :

  • Sacha Bourgeois-Gironde : La personnification des éléments naturels : l’exemple de la rivière Whanganui (Nouvelle Zélande).
  • Claire Harpet : L’anthropomorphisme, une forme de personnification de la nature ? L’exemple des relations homme-lémurien à Madagascar.
  • Philippe Billet : Controverses juridiques à propos de la personnification de la nature et de certaines composantes de l’environnement.

Table ronde organisée dans le cadre de la Rentrée Anthropocène de l’Ecole Urbaine de Lyon - Voir le programme

De 9 à 12h, Salle Caillemer, Université Jean Moulin Lyon 3, 15 quai Claude Bernard, Lyon 7ème. Ouvert au public.